Visiter un journal / Inviter un journaliste


 

Il faut d'abord dire qu'il n'y a évidemment pas de meilleure façon de comprendre le fonctionnement des médias que de permettre à nos élèves de dialoguer avec quelqu'un dont les médias constituent la profession : journaliste de presse écrite ou de médias audiovisuels, mais aussi secrétaire de rédaction, correcteur, maquettiste, réalisateur ou producteur d'émission de radio, photographe, administrateur...

Vous trouverez ensuite ci-dessous un lien qui vous conduit vers les sites des médias qui ont été partenaires de la semaine de la presse l'an passé. Chacun de ces médias possède un "correspondant" Semaine de la presse / presse à l'école que vous pouvez chercher à joindre.

http://www.clemi.org/initiativesmedias.html

Même si le degré d'investissement de ces médias est très variable, on peut espérer qu'ils porteront un regard favorable sur votre projet.

  • Concernant la visite d’un journal, il faut savoir que c’est une fausse bonne idée !
    Le temps où tout l’immeuble du journal sentait l’encre et le papier, tremblait sur sa base au lancement des rotatives... ce temps est révolu.
    Visiter un journal aujourd’hui, c’est visiter un ensemble de bureaux où des gens très occupés disparaissent derrière leurs écrans d’ordinateur et leurs piles de documentation.

    Une telle visite revêt un intérêt malgré tout pour des enseignants ou des étudiants en communication. Mais elle ne peut avoir lieu que sur rendez-vous et en groupe de trois ou quatre personnes, dans la mesure où il s’agira alors de rencontrer sur place quelques journalistes, plus que de visiter le bâtiment... Dans ce cadre il peut être intéressant de demander à voir la documentation (celle du Monde est particulièrement impressionnante !)

    Pour les enfants, la visite la plus spectaculaire sera certainement celle d’une imprimerie. En région parisienne, il est possible de visiter l’imprimerie du Monde à Ivry-sur-Seine et celle du Parisien à Saint-Ouen. Attention : l’imprimerie du Parisien ne tourne que la nuit... !
    Les demandes se font en passant par le siège du journal, car les conditions (de sécurité et d’âge notamment) sont changeantes.

  • Concernant la venue d'un journaliste dans l'établissement, il est souvent plus facile de prendre contact avec les médias locaux qu'avec les grands médias nationaux, très sollicités, débordés et souvent peu intéressés par nos "petites" actions de terrain. Aussi, ne négligez pas les hebdomadaires départementaux et les radios locales, qui peuvent par ailleurs se révéler des partenaires précieux pour certaines actions.

    Ne demandez surtout pas aux journalistes ce qu'ils peuvent faire pour vous mais, au contraire, préparez bien votre affaire et expliquez-leur comment leur intervention, sur un sujet et dans un cadre que vous aurez choisis, peut s'insérer dans votre projet.

    Une telle démarche directe sera en tout cas plus efficace que n'importe quelle demande par notre intermédiaire.

    N'hésitez pas non plus à contacter personnellement tel ou tel journaliste dont les écrits vous intéressent. Présentez-lui (par oral, puis par courrier / fax ou courriel) un projet bien ficelé précisant exactement ce que vous attendez de lui (quel public - âge, niveau, nombre - , type d'intervention - "conférence", atelier, témoignage, table-ronde... etc).

    A l'exception des journalistes de télévision, ceux de radio ou de presse écrite (sauf quelques stars) sont le plus souvent accessibles directement en téléphonant tout simplement au standard de leur média.

    N'hésitez pas non plus à vous confier à leur assistant(e) s'il s'agit de journalistes de médias audiovisuels.

    Tâchez d'évaluer la capacité "orale" du journaliste convoité. Certains, dont la prose est d'une clarté absolue, se révèlent de bien piètres orateurs ou animateurs placés devant un paquet d'élèves, plus ou moins remuants.

    Naturellement, l'intervention devra avoir été soigneusement préparée pour que les élèves ne restent pas "secs" : biographie de l'intervenant, connaissance de ses écrits, de ses prises de position s'il y a lieu, du média dans lequel il intervient...

    Enfin, un petit "truc" : demandez à l'intervenant d'apporter "quelque chose" (!). Une caméra et des extraits de reportage pour un journaliste de TV, des bobinos pour un journaliste de radio, leur carte de presse, des épreuves avant tirage pour un journaliste de presse écrite etc... A eux de choisir !

    Ces objets serviront de médiateurs pour "briser la glace" entre l'assistance (timide ?) et l'intervenant (inquiet).

  • Pour terminer, sachez que les collègues de l'équipe académique du Clemi se tiennentà votre disposition, pour vous venir en aide si besoin, dans votre établissement, avec ou sans vos élèves.

    Il vous suffit d'en faire la demande, en adressant (pour l'académie de Versailles) un courrier électronique à l’adresse : clemi@crdp.ac-versailles.fr. Les collègues des autres académies trouveront les coordonnées de leur coordonnateur académique à l'adresse : http://www.clemi.org/organisme/equipesregionales.html

    N’oubliez pas de laisser des coordonnées téléphoniques pour qu'on puisse vous rappeler et convenir d'un rendez-vous.