reporter0.gif (3776 octets) Concours académique Semaine de la Presse 2004


Envoyez votre billet d'humeur !

Rapport :

Le jury s'est plu à noter d'abord que, même si la participation à ce concours était modeste à l'échelle de l'académie, les contributions reflétaient un travail souvent important de la part des jeunes et de leurs enseignants. Pour ces équipes, la Semaine de la Presse a bel et bien été l'occasion de lire les journaux, d'analyser l'information télévisée... et de réagir à l'actualité.

En témoignent les références nombreuses citées à la suite de leurs travaux.

Les stratégies des collègues ont été très diverses puisque certains ont choisi de ne présenter qu'un seul texte au nom de leur classe, tandis que d'autres ont choisi de faire participer chaque élève de leur classe, et que d'autres encore ont fait écrire des textes collectifs en petits groupes.

Bien sûr, beaucoup d'élèves n'ont pas bien cerné ce qu'étaient les contraintes d'un billet d'humeur. Il faut pointer notamment la difficulté, réelle, pour ces adolescents, de faire la part entre leur indignation personnelle sur un sujet donné et, parce qu'il s'agit d'un genre journalistique, la nécessité de prendre un peu de recul pour s'adresser à un public, forcément divers. Le jury a ainsi systématiquement éliminé les textes qui abusaient du "je".

Le jury a bien vu, naturellement, la maîtrise inégale de la langue française selon les établissements et les sections. Il en tient compte autant que possible, dès lors au moins qu'il n'y a pas de hors sujet flagrant, le palmarès en témoigne. Toutefois, il s'attend à percevoir dans les travaux qui lui sont soumis un véritable effort de relecture pour compenser les défauts les plus flagrants. Mais il ne souhaite pas pour autant que les enseignants passent systématiquement derrière les candidats pour corriger les fautes, au risque de dénaturer aussi l'expression personnelle des jeunes. Il y a un juste équilibre à trouver, qui passe généralement par le rappel de l'existence de lecteurs extérieurs à la classe (le jury !) et la nécessité d'une relecture croisée par les élèves eux-mêmes par exemple.

Comme on pourra le mesurer ci-dessous, la diversité des thèmes retenus par les jeunes était grande. D'un point de vue formel, les sujets plus légers leur ont mieux réussi. Il est vrai qu'à leur âge il est difficile de manier l'humour ou le décalage à propos de questions graves. Sur ce genre de thèmes difficiles et complexes (les attentats de Madrid, le terrorisme en général, le voile à l'école...), nous conseillons vivement aux collègues d'exiger des élèves qu'ils croisent leurs sources afin d'avoir, au moins, un aperçu du contexte du sujet qu'ils abordent.

Cela évitera aussi peut-être que nous soient adressés des textes (très peu nombreux) que l'on peut qualifier de "limites". Il est important que les jeunes aient une idée des frontières juridiques du droit à l'expression. Tout particulièrement lorsqu'il s'agit d'un genre comme le billet d'humeur qui peut conduire à laisser échapper des phrases dont nos élèves ne mesurent pas toujours la portée. Le présent conseil doit se comprendre, évidemment, uniquement dans une approche éducative : le concours est avant tout une occasion pédagogique pour faciliter l'expression des jeunes sur un thème d'actualité, avec l'appui, le soutien et l'encadrement d'un enseignant. Pas de dazibao donc, mais pas non plus de censure au nom d'un "politiquement correct" mal compris. Juste questionner les auteurs sur ce qu'ils ont compris de l'actualité et le sens qu'ils mettent dans telle ou telle phrase parfois ambiguë.

Au final les débats ont été âpres et le jury revendique pleinement son droit à la subjectivité dans le choix final. Il n'est sonc pas question ici de justifier ce choix, mais d'apporter quelques explications susceptibles d'éclairer nos collègues.

  • 1er prix collège : bien que sa forme n'en fasse pas l'archétype du billet d'humeur (souvent plus incisif), le jury a été séduit par la retenue de ce texte qui, avec peu d'effets, réussit à poser une question forte. Le point de vue est original (une sorte de narrateur omniscient) et l'écriture très évocatrice. Une contribution qui sortait clairement du lot donc.
  • 2e prix collège : beaucoup de fraicheur et de tonus dans cette vigoureuse indignation. L'auteure a réussi à ne pas se mettre en avant et sait faire partager son sentiment à ses lecteurs.
  • 3e prix collège : l'attaque et la chute ont retenu notre attention. Il y a un effort pour saisir le lecteur. Les trois auteurs bataillent ferme ensuite en posant argument sur argument. Cette combativité positive méritait d'être distinguée.
  • Mention spéciale n°1 : ce texte n'est pas au palmarès parce que son actualité nous a paru un peu moins évidente. Mais le jury souhaite féliciter tout de même les élèves et leur professeur pour la remarquable qualité du travail présenté ici : travail sur la langue bien sûr, mais aussi respect des lois du genre (attaque, chute, décalage...). C'est pourquoi nous tenons à le publier ici.
  • Mention spéciale n°2 : contraste complet avec le texte précédent. Ici, c'est le sujet qui nous a fait réagir. Parce qu'il s'agit en quelque sorte d'une actualité vêcue par les jeunes qui se mettent ici eux-mêmes en scène. On est bien dans le genre du billet d'humeur, court et incisif. Et on traite avec humour d'un sujet qui n'est pas si anodin, la presse a pu en témoigner. D'où l'intérêt à publier ce texte.

 

  • 1er prix lycée ex-aequo : sur un thème dont les trois auteures savent nous faire partager l'importance en nous interpellant, un billet d'humeur presque rimé, à la limite du slam. Une contribution originale.
  • 1er prix lycée ex-aequo : le choix d'une forme interrogative systématique qui bouscule un peu le lecteur, une chute comme l'écho d'une porte qui se ferme, un sujet fort. Il y a de l'énergie dans ce texte.
  • Mention spéciale Lycée : ce texte aborde un événement grave. Nous avons pensé que, du point de vue de la forme, il rentrait moins dans les critères du billet d'humeur. Pour autant, ce qui est écrit là nous a semblé refléter assez bien ce que pouvaient ressentir beaucoup d'adolescents devant le terrorisme.

 

Pour finir, nous tenons à rappeler l'importance de respecter le réglement : mettre un titre, dactylographier, indiquer les références des articles utilisés, des journaux radiophoniques ou télévisés...

Enfin, afin de faciliter la publication des lauréats, nous ne saurions trop demander aux établissement de privilégier l'envoi de leurs travaux par courrier électronique.

 

 

Bilan des participations au concours

 

  • Collèges :
    • 9 établissements
    • 63 contributions
    • 144 élèves + 2 classes
    • 11 enseignants

     

  • Lycées :
    • 1 établissement
    • 8 contributions
    • 29 élèves
    • 4 enseignants

 

 

Les journaux utilisés par les candidats : une diversité toute relative.

Il reste visiblement un effort à faire pour mieux faire connaître la presse aux élèves.
Le Parisien est le plus cité, car c'est le quotidien d'information générale disposant de la plus forte notoriété et en même temps le plus accessible pour les élèves du collège.

Mais pas trace du Point, de l'Express, de Marianne, de La Croix, des Echos, de l'Humanité, de Courrier International, de l'Équipe...

Collèges :

        • 20 minutes : 7
        • Arte : 1
        • France 2, journal de 20 heures : 1
        • France 2, match France-Angleterre de rugby : 1
        • France-Soir : 3
        • Géo Ado : 2
        • L'Humanité Hebdo : 4
        • Le Figaro : 3
        • Le Monde : 3
        • Le Monde.fr : 1
        • Le Nouvel Observateur : 6
        • Le Parisien / Aujourd'hui : 17
        • Le Républicain de l'Essonne : 1
        • Les enfants du monde : 1
        • Libération : 5
        • Solidarité Junior : 1
        • Télé Magazine : 1
        • TF1, journal de 20 heures : 3

Lycée :

        • Charlie Hebdo
        • Citato : 2
          • Libération
          • Le Figaro
          • France-Soir
          • L'Humanité
        • Courrier International
        • L'Actu
        • Le Canard Enchaîné
        • Le Monde
        • Le Monde.fr
        • Le Parisien
        • parismatch.com
        • Phosphore
        • Télé Star
        • Wikipedia (encyclopédie libre sur Internet)

 

Les thèmes traités

Ils reflètent seulement les intérêts divers des adolescents. Ils montrent aussi que tous n'ont pas bien cerné le principe d'un billet d'humeur... !

Collèges :

  • Attentats de Madrid : 8
  • AZF groupe terroriste : 4
  • Pompiers en colère : 4
  • Rwanda dix ans après : 4
  • Démission des directeurs de recherche : 2
  • Disparues de l'Yonne : 2
  • La Sécurité sociale en crise : 2
  • Les jeux vidéo rendent fou : 2
  • Kamikaze en Palestine : 2
  • People : les chanteuses se dénudent : 2
  • Sécurité routière : 2
  • Vendetta dans le Nord : 2
  • Victoire Schumacher en Malaisie : 2
  • Voile à l'école : 2
  • Occurence unique
    • Science et culture :
      • Un mammouth retrouvé en Sibérie
      • Avion hypersonique
      • De l'eau sur Mars
      • Cent mots à sauver
      • Télé réalité
      • Album d'Usher
    • Monde
      • Education dans les pays pauvres
      • Accès à l'eau potable
      • Irak
    • Sport
      • Défaite PSG contre Lens
      • Coupe du monde de rugby
      • David Beckham
    • Faits divers
      • Fait divers séquestration
      • Procès Cantat
      • La CIA recrute
    • Société :
      • Contre la Publicité
      • Piratage de la musique
      • Corruption politique en France
      • Education nationale en crise
      • Recul du chômage
      • Procès Dutroux
      • Procès Microsoft
      • Sauvons les palombes
    • Actualité de l'établissement
    • Hors actualité:
      • La trempette
      • Tremblements de terre
      • Obésité : 3

Lycée :

  • Attentats de Madrid : 2
  • Égalité des droits
  • Égalité hommes / femmes
  • Mineur terroriste aux USA
  • Télé réalité
  • Moins de points pour les jeunes conducteurs
  • Poutine et la Tchétchénie