reporter0.gif (3776 octets) Concours académique Semaine de la Presse 2003


Collèges : 3e prix

BILLET D’HUMEUR

 

AMI, ENTENDS-TU… ?

 

                 Guerre et paix, Irak, Bush, tout en ce moment nous rappelle la réalité terrible et inconcevable du conflit qui a lieu là-bas, dans le pays des origines. Nous en avons assez de l’omniprésence de cette infirmation sur les écrans, dans la presse, partout dans les bouches et dans les cœurs. France Info et TF1 ne donnent que cela…et pendant ce temps M.Sarkozi propose et fait passer des lois, d’autres guerres sont tues, des catastrophes humanitaires oubliées.

                 Or ce battage médiatique nous donne-t-il rien de sûr, rien de réellement important ? Les images sont floues –quel traitement ont-elles subi aussi ?-, les journalistes avouent leurs incertitudes quand il s’agit de rumeurs ou de traces lointaines sans vérification possible –et quelle liberté ont-ils vraiment de dire ce qu’ils savent, de montrer ce qu’ils voient ?-, les différences –voire les divergences- entre les sources d’information sont si visibles et inquiétantes !

                 En classe de troisième on nous dit l’holocauste, l’horreur des deux guerres mondiales, on nous demande de ne pas oublier pour que cela ne recommence jamais, on nous montre des films sur la guerre du Vietnam où des gens crient leur souffrance et leur révolte devant tant de violence… et voilà que les grands de notre siècle tout neuf osent recommencer quelque chose qui s’apparente justement à ces périodes de sinistre mémoire. On nous apprend la laïcité et la tolérance comme les fondements du respect et de la vie humaine, et sans aucune honte on se sert de Dieu pour s’approprier le bien et le mal, on nous dit que certains sont de vrais méchants qu’il faut abattre ?

                 Et ne nous cache-t-on pas ce que cela implique pour notre avenir, car, si les adultes d’aujourd’hui se battent ainsi, que détruisent-ils de ce qui avait été construit ? Que nous laissez-vous de l’ONU et de l’Europe ? Quels enjeux secrets (économiques, politiques) font agir ceux qui ont lancé le combat ? Qu’allez-vous  laisser se dégrader encore sur notre planète, quelles pénuries allez-vous consentir pour continuer à préserver votre confort personnel ? Quel fossés démesurés creusez-vous encore entre les pauvres et les riches ? Qui gagne à tout cela ? Quels vieux conflits prenez-vous le risque de réveiller encore et encore ?

                 Demain nous n’aurons plus d’eau et peut-être que, lâches comme vous, nous refuserons d’en partager le reste. Demain les grandes puissances économiques seront plus importantes que les individus. Demain il n’y aura peut-être plus de travail mais vous voudrez que nous payions vos retraites comme si vous travailliez encore. Demain il nous faudra reconstruire ce que vous aurez démoli : le pourrons-nous ?

                 On aimerait arrêter ce cataclysme…mais nous sommes impuissants. En Espagne, où nous venons de faire un séjour juste après la semaine de la presse, nous avons été frappés de voir des foules entières engagées tout le temps. Les gens tapent sur tout ce qu’ils trouvent vers 22h partout, comme s’ils voulaient exprimer leur colère par un immense concert discordant. Sur la Place du palais de justice à Barcelone on joue la guerre pour en dégoûter ceux qui ne réagiraient pas assez, partout les habitants affichent leur désaveu, aux balcons, aux terrasses, sur les pavés…Mais nous, dont le président a exprimé tout haut une opinion assez partagée, nous sommes dépossédés de notre désir de parler…Tout est dit déjà.

                 En France d’ailleurs on pense d’abord à soi. La télévision nous protège contre les scènes pénibles, les massacres, le sang, la réalité de la guerre dans toute sa cruauté…On nous montre des dégats matériels , des manœuvres militaires, des cartes, et on s’inquiète surtout de la situation qui va se dégrader économiquement chez nous …Pas sûr non plus qu’il faille montrer trop d’horreurs…mais au moins la vérité… !

                 Que découvrira-t-on de la vérité dans dix ans ? Comme après la première guerre du golf, verrons nous se dresser les fantômes de morts mutilés, défigurés, rassemblés par centaines… ? Quels témoignages nous livrera-t-on alors, plus affreux les uns que les autres ? Nous ne voulons pas de cela…Nous ne voyons alors qu’un seul moyen d’agir : que nous soyons des télespectateurs plus exigeants puisque, semble-t-il, c’est au caprice du spectateur, à ses désirs, à ses peurs et à ses phantasmes, que colle l’information faite par des journalistes que mène moins le souci de dire la vérité que celui de gagner…un public, de l’argent, une reconnaissance personnelle…C’est ainsi que les guerres commencent n’est-ce pas ?    

 

Nous allons essayer de nous faire des idées personnelles, de trouver des informations plus complètes, pour prendre peu à peu une position juste, pour ne jamais nous laisser embarquer dans le jugement d’autrui sans avoir essayé de  vérifier qu’il est fondé. Nous voudrions savoir enfin où est vraiment la Vérité !

 

            Voici les journaux dont nous nous sommes inspirés…

Le Monde : 20 mars « Exportation sécuritaire » à outrance. Alexandre Stärker. P.14

26 et 27 mars : les dessins de  Plantu…Les dessous de la rupture Chirac-Bush P.12 et 13

Le Monde 2 : Mars 2002 et Mars 2003 L’Amérique en guerre P.39

Libération :20 mars Rebonds P.14-27 mars : Politiques P.22 et 23 – Mardi 25 mars : La Une frappante…

Le Canard enchaîné : 26 mars Dommages collatéraux de la guerre en France P.2 et 3

Les journaux télévisés de  chaque jour : en France et en Espagne

Le Figaro : Mardi 25 mars : Images de guerre, guerre des images (à la Une…)

Les clés de l’Actualité : Semaine du 20 au 26 mars P. 7 : La guerre du golf de 1991 : un conflit propre ?

Le Parisien : Mardi 25 mars Le dessin de Ranson

 

 

 

 

 

Collège de la Mauldre, 78580 Maule

Elèves de 3°

Professeur : Leïla Benini