Bibliographie - IntroductionOuvrages pédagogiquesCassettes vidéoManuels     Autour de la presse scolaireHistoire de la pressePresse et littératureDroit de la presse et éthiqueAnalyse des images

4. Témoignages


 

 

162.        

BARRAT (Robert.) : Un journaliste au cœur de la guerre d’Algérie

Editions de l’Aube, 2001,

 

 

 

163.        

JENTILE (Catherine) : Tête brûlée. Femme et reporter de guerre

Plon, Paris, 2001, 157 pages

 

"Couvrir " les guerres pour la télévision est plutôt considéré comme un métier d'hommes et pourtant, depuis plusieurs années, les femmes s'imposent sur ce terrain. Parmi elles, un visage, une voix, ceux de Catherine Jentile.

La guerre du Liban, la guerre Iran-Irak, l'Algérie, l'Afghanistan, les Territoires palestiniens, Israël, la Russie, les Balkans..., elle rend compte des soubresauts tragiques de la planète pour les journaux télévisés de TF1.

Mais une vie de grand reporter ne se limite pas à des interventions sur l'écran et Catherine Jentile témoigne ici de l'envers du décor : les départs précipités, la vie au quotidien sur le terrain, son cortège d'angoisses, de rencontres, de désespoirs et de fous rires. Souvenirs indélébiles pour cette passionnée d'information à qui ne sont pas épargnées parfois les situations les plus loufoques ; par exemple, un jour qu'elle est en direct au téléphone, au milieu d'une fusillade, n'entend-elle pas la régie lui réclamer : " Tu pourrais pas aller plus loin ? Il y a trop de bruit autour de toi ! "

Une existence hors du commun pour cette journaliste qui avoue une terrible phobie de l'avion ! Un texte plein de larmes, d'émotions, de tragédies et d'humour décapant.  (Mot de l'éditeur) 

(4eme de couverture) 

Reporter de guerre : en apparence un métier peu féminin et pourtant, depuis plusieurs années, les femmes occupent ce terrain. Catherine Jentile est l'une d'entre elles. Grand reporter à TF1, elle a souhaité expliquer l'envers du décor, ce qu'est réellement ce métier de "mec". De Bagdad à Kaboul en passant par Washington, une vie de grand reporter ne se résume pas à l'énoncé des capitales de la planète. Elles ne sont que les repères géographiques des rencontres, des aventures, des fous rires et des souvenirs indélébiles liés aux événements qui ont fait la "une" des médias internationaux. Pour exercer ce métier, il faut aimer les autres, avoir envie de se plonger dans des cultures et des histoires différentes, au risque parfois de s'y perdre. C'est aussi accepter d'être jugé, et de se juger, dans le miroir grossissant et sans indulgence qui reflète l'individu dans les situations extrêmes. Quelques exemples cités par l'auteur elle-même : "Ramallah, septembre 1996, en pleine fusillades entre Israéliens et Palestiniens : au milieu des sirènes des ambulances qui viennent évacuer les victimes, je fais des "directs" au téléphone et la régie me demande si je peux changer d'endroit parce qu'il y a trop de bruit autour de moi !" "Washington, août 2000 : un arriéré mental, d'origine mexicaine, doit être exécuté. Je contacte son avocat, fais un "sujet" pour le 20 heures, bouscule les autorités françaises qui oeuvrent contre la peine capitale et l'Union européenne. Mais à l'heure dite, Oliver Cruz est mis à mort, sans avoir pu bénéficier du soupçon de compassion nécessaire à la révision, au moins partielle, de son cas." "Je n'ai jamais effacé aucun nom dans mon agenda électronique. Aucun nom, aucune adresse ; aucun numéro de téléphone de ceux que j'ai connus et qui sont morts, le plus souvent de mort violente, en quinze ans de grand reportage. Comme une fidélité un peu naïve à des êtres auxquels je ne veux pas renoncer, que ce soit ici-bas ou quelque part dans les nuages où je les imagine. Comme des aiguillons de la mémoire et de leur cause."  Site alapage janvier 2002

 

 

 

164.        

LONDRES (Albert) : Le chemin de Buenos Aires (la traite des blanches)

Le serpent à plumes, 1994, 266 pages.

C’est un livre exceptionnel où l’on peut mesurer le talent de reporter d’Albert Londres. Le journaliste s’immerge réellement dans ce monde du trafic de femmes de l’entre-deux guerres. Son écriture est limpide, son regard précis, son style évocateur... On comprend mieux l’influence que ses articles ont eu dans la société de son époque. Il faut naturellement lire ses autres textes : Au bagne, Terre d’ébène...

 

 

 

165.        

LONDRES (Albert) : Câbles et reportages

Arléa, 1993, 860 pages.

 

 

 

166.        

MONNOYER (C.) : Journaliste en Algérie ou l'histoire d'une utopie

L’Harmattan, Paris, 2001, 234 pages

MdT 317